Responsabilités RH et micro-initiatives

Partagez l'article:

 2,240 vues totales

L’économie est à l’arrêt. Quelques frémissements ci-et-là  et des velléités de reprise d’activités se manifestent mais pour le dire avec honnêteté et franchise, l’horizon n’est guère propice. Il serait même sombre.

Les chiffres peu amènes sont froids et glaçants. La dernière publication parue sur son portail du Haut Commissariat au Plan ( HCP) revient sur la situation du marché du travail au deuxième trimestre de l’exercice 2020 fortement impactée par la pandémie de la Covid-19. L’économie marocaine aurait perdu pratiquement 600.000 postes d’emploi relevant de  tous secteurs : BTP, artisanat, Industrie, les services et l’agriculture.

Sans nous appesantir sur les statistiques livrées, elles sont – sans équivoque- révélatrices d’un véritable drame. Le marché de l’emploi est en rupture. Les déséquilibres constatés entraînent avec eux  bien des métiers. Il en va de la liquidation d’emplois peu qualifiés et de la disparition des postes de travail offerts aux plus jeunes. Cela apparaît comme une conséquence mécanique et le plus souvent «entendu» d’ajustements économiques forcés et urgents. Dit autrement, et cette fois sans précaution de langage, une large frange d’emploi se trouve écarter du marché du travail aux premiers orages.

Or, le fait “nouveau” est que de plus en plus d’emplois de niveau intermédiaire, de cadres et autres compétences hier encore largement plébiscitées, et qui s’en  trouvaient  plus ou moins  protégés au moment de ce type de reflux , souffrent désormais. Cette “protection par la compétence” n’est, peut-être, plus de mise. A tous le moins, elle ne suffit plus pour résister aux durs chocs des réalités économiques !

Petite observation et non des moindres, les Réseaux Sociaux et notamment Linkedin sont de plus en plus sollicités en des termes douloureux pour venir en soutien et aider à retrouver un emploi subitement perdu ou trouver une alternative à un parcours professionnel brutalement stoppé.

Par ailleurs, les jeunes stagiaires et lauréats sont à la peine, faute de structures d’accueil opérationnelles ou de formules alternatives que proposeraient les Entreprises dans cette situation exceptionnelle. Or, de ce point de vue, très peu de choses ont émergé hormis quelques propositions de « télé-stages ».

Pour résumer, ceux ne sont plus des cadres en fin de parcours ou des jeunes lauréats débutants mais bien toutes les catégories des échelles d’expériences qui invariablement seront touchées.

Dans ce maelström  de mauvaises nouvelles, il est cependant des raisons d’espérer. Sans préjuger des espoirs placés dans une éventuelle reprise économique soutenue par le Plan de relance budgétaire ou encore provoqués par un rebond de l’indice de confiance à l’annonce ( hypothétique) de la sortie de l’état d’urgence sanitaire, prêtons en attendant attention aux micro -initiatives prises en responsabilité du moment.

Les Réseaux Sociaux se mobilisent.

Il y a, aujourd’hui, une multiplication d’initiatives  pour aider, accompagner ou encourager les chercheurs d’emploi. La prise de conscience est collective et chacun essaie d’apporter sa pierre à l’édifice. Progressivement et par nécessité, de nouvelles dynamiques d’intermédiation s’imposent sur le  marché du recrutement. Les cabinets de recrutement et autres acteurs dans ce type de processus ont pour la plupart accéléré la transformation digitale de leurs modèles.

Les RRH sont aussi acteurs de cette mutation et font également preuve d’imagination en s’exerçant davantage à communiquer et faire valoir l’engagement de leurs Entreprises en faveur de la protection de leurs salariés . D’abord en travaillant à définir et mettre en pratiques des modèles d’organisation de travail moins rigides et plus flexibles capables de préserver une part de travail pour tous. D’autre part, en s’investissant plus directement en terme de communication lors de la recherche de compétences nouvelles. Enfin, certaines entreprises pour ne pas casser l’élan de leurs jeunes talents ont développé des formules de e-stages très opérationnelles en impliquant leur management. Cela ne s’arrête pas là. Des parcours d’intégration plus exigeants mais plus  inclusifs sont aussi mis en oeuvre à travers des programmes online de formation. Il est aussi et pour finir une multitudes d’initiatives sur le Net ou chaque bonne volonté tente et essaie de porter une ou plusieurs actions en vue de participer à la diffusion auprès du plus grand nombre de candidatures ou compétences en vue de leur faciliter l’accès aux réseaux porteurs.

Le digital prendra désormais assurément une grande part dans cette dynamique. Par la fluidité, la proximité et l’échange d’expériences réelles qu’il permet.

Les formes d’intermédiation classique évolueront rapidement  en ce sens parce que fort de la capacité de leurs acteurs à investir et gérer de la data RH. Mais des leviers alternatifs devront pouvoir aussi participer  à l’(ré)animation du marché de l’emploi par leurs aptitudes à l’innovation et à la qualité de leurs démarches spécifiques.

Aussi, et dans l’attente d’une reprise, félicitons -nous et encourageons toutes les micro-initiatives.

 

Karim AMARA

Partagez l'article:

Newsletter

Inscrivez-vous pour recevoir PanoramaRH Brief, la newsletter RH qui va à l'essentiel.

Panorama RH

Panorama RH est la première plateforme RH marocaine indépendante qui propose des articles, témoignages, interviews et tribunes d'experts où sont abordés tous les aspects de la gestion des Ressources Humaines. C’est un lieu de partage ouvert et un moyen de s’informer et suivre les grands courants et tendances RH. Grâce à une équipe d’experts et une ligne éditoriale rigoureuse, vous disposerez d’une vision panoramique du monde RH. Panorama RH est aussi un support de choix pour la communication des cabinets, consultants et éditeurs de solutions RH.

Accès rapide

Newsletter